mercredi 1 août 2018

Couleur grenadines : Le film !

Sortez vos maillots, on vous emmène plonger, kiter et vous balader avec nous aux Grenadines, pas d'inquiétude, l'eau est à 28° et le planteur glacé est offert à la fin de la baignade !
C'est partit :










samedi 14 juillet 2018

Carriacou, Union, Tobago cays

Nous sommes arrivés à Carriacou depuis Grenade. C'est une toute petite île qui n'est pas très touristique. Très typique, nous l'avons parcouru en taxico en faisant une escale à  windward pour voir le chantier des bateaux traditionnels.





La sargasse (algues) a envahi la côte au vent.


Un concurrent de kayak à voile amateur !!!


Puis cap vers Union, cette partie des Grenadines au nord de Carriacou appartient aux Grenadines de St Vincent, on a donc refait les formalités d'entrée.
Union est une mignonne petite île, connue aussi pour être un beau spot de kite ! Matteo a continué à progresser et nous avons pu tirer des bords ensemble !
Happy island ! 


Eva aussi à pu faire un peu de kite !


Mère et fils !






Rando jusqu'au sommet de l'île :



En récompense de la belle marche, le soir escale chez Jenny pour manger de vraies frites.
Puis nous avons mis le cap sur les Tobago cays à seulement quelques milles de Union, un vrai petit paradis à l'eau cristalline dans laquelle nagent paisiblement des tortues. Ce lagon est protégé par une grande barrière de corail en forme de fer à cheval le "Horse shoe reef", seulement 2 à 4 mètres de fond, l'eau transparente, les couleurs magnifiques, de quoi emmagasiner de très belles images pour les longs mois d'hivers ! Nous sommes ici dans une réserve naturelle, nous avons la chance d'être hors saison et nous ne sommes que quelques voiliers à profiter de ce lieu unique.


"Scaramouche" bateau traditionnel en bois basé à Union.

Les journées passent à nager avec les tortues, les raies léopards et pastenagues, les requins nourrices et à pointe noire, plonger sur la barrière de corail : 





Faire du kayak à voile :



Dernier bord avant le gros grain ! 
Nourrir les mouettes rieuses:



Manger puis replonger :



Découvrir les petites îles qui nous entourent habitées par des iguanes, des oiseaux, des tortues (terrestres), des lézards et des serpents





Kiter (nous en avons d'ailleurs profité pour initier Mila qui à réussi à tirer ses premiers bords ! Bravo ma douceur !).





Les premiers sauts de Matteo !


Un condensé de bonheur !
Au bout d'une semaine, nous avons remis les voiles vers Union pour se réapprovisionner en produits frais et découvrir le mouillage de frigate où Mila a pu continuer son apprentissage ! Prochaine destination Mayereau plus au nord. A bientôt.






samedi 30 juin 2018

Grenade

Cela fait 5 mois que nous vivons sans réveil, quelle drôle de sensation que d'entendre la sonnerie à 3 heures ce lundi matin ! Allez ce n'est pas désagréable, c'est pour la bonne cause, 15 heures de navigation nous attendent pour rejoindre Grenade et nous préférons arriver de jour. Les enfants dorment encore quand nous quittons la baie de Charlotteville, il fait nuit noire, le vent est bien orienté, la mer n'est pas trop forte et le courant est avec nous. 
Nous naviguons toute la journée dans de belles conditions, même si l'allure au portant n'est pas l'allure la plus agréable car ça roule. 
Matteo remonte une grosse dorade coryphène à deux heures d'arriver ce qui nous assure le repas du soir et les deux suivants.



Il est 18 heures lorsque nous jettons l'ancre à Prickly bay et assistons à un magnifique coucher de soleil.



L'île de Grenade a tout d’abord été une colonie française (il reste des noms d’endroits bien français sur l’île : Morne Rouge, La Sagesse, L’Anse aux Épines) avant de passer aux mains des Anglais en 1763 (qui y ont laissé la langue anglaise comme langue principale et la conduite à gauche !). La Grenade est indépendante depuis les années 70.

Il y a beaucoup de voiliers dans la baie, notament des américains et des anglais venus passer la saison cyclonique ici. Quel contraste avec Tobago où nous n'étions que deux bateaux !


Les jours passent vite, nous profitons de cette escale pour faire des lessives, des courses et bricoler un gréement (avec du bambou récupéré à Tobago), une voile et des dérives pour notre kayak afin de l'utiliser comme petite embarcation à voile ! 
Le résultat est plutôt pas mal et nous nous amusons à silloner la baie avec notre nouveau jouet.






Au bout d'une dizaine de jours, nous changeons de mouillage et allons à Georgetown, la capitale de l'île. Le mouillage est rouleur mais se situe devant la très belle plage de Grande Anse.





La ville de Georgetwon est très sympa, authentique et charmante, la population l’est tout autant. Nous ne comptons plus les "welcome", "bless day" et les "enjoy" qui nous sont adressés en permanence. 
Cette île est surnommée l’île aux épices et ce n’est pas pour rien. C'est l’une des principales exportatrices mondiales de muscade. Elle produit aussi de la cannelle, du macis, du clou de girofle, du gingembre et j’en passe. Nous nous faisons un plaisir de nous approvisionner en fruits et légumes locaux.





Nous visitons l'île en taxi collectif, le moyen de locomotion le plus populaire. A la fin de la journée nous avons pris 5 taxico différents pour faire le tour de l'île. C'est très typique, les chauffeurs se prennent tous pour Shumi, la musique à fond, les gens collés serrés, un petit air d'agence tous risques !
Nous commençons la visite par l’usine de noix de muscade, appelée ici "Nutmeg" qui se situe à Gouyave, une petite bourgade au Nord Ouest de l’Île.
Tout est encore traité manuellement et dans cet étonnant établissement datant de 1952.
A l’heure de l’automatisation généralisée c’est étonnant de voir travailler ces gens manuellement dans une ambiance épicée !
Le traitement en usine  consiste à sécher naturellement les noix, puis à séparer manuellement les noix des coquilles pour ne récupérer que la noix intérieure. Les coquilles sont destinées au compost. Un lavage des noix est effectué, suivi d’une immersion. Certaines, de qualité moindre, flottent en surface du bain. Elles sont mises à part et destinées à l’industrie cosmétique. Les autres subissent un ultime séchage avant la mise en sacs.
Chaque sac en toile de jute est imprimé manuellement au moyen de pochoirs en fonction de sa destination et la commercialisation est mondiale !

Toutes ces odeurs nous ont donné faim, direction un petit resto, puis nous reprenons un taxi co pour aller cette fois-ci visiter une usine de cacao ! 



Les abords des routes sont très colorés, le jaune, le vert et le rouge, couleurs du drapeau local, recouvrent le bas des poteaux électriques, les arbres, les barrières de sécurités, les arrêts de bus, les rochers, c'est très gai ! 



La végétation est dense et nous voyons plein de cacaoyers remplis de leurs fruits. C’est dans ces fruits étranges, « les cabosses de cacao », que se trouvent les pépites de cacao qui après un long traitement, fermentation, séchage, torréfaction, broyage, deviennent l’élément de base du chocolat. La visite du domaine se conclue par une dégustation...hummmm....les petits nomades sont conquis !



S'en suit une baignade dans la rivière qui coule à côté puis un autre taxico ! C'est bien car il y en a beaucoup qui passent, pas d'attente et ambiance toujours garantie !!! 

Prochaine étape, Grenville qui est située sur la côte au vent. C'est la deuxième agglomération de l’île. Il fait une chaleur moite, humide, le soleil joue avec la pluie. Nous descendons à la gare routière, c'est l'heure de la sortie de l'école, nous croisons pleins d'enfants et d'adolescents avec leurs uniformes qui se dirigent vers la gare routière pour prendre le taxi co et renter chez eux. 



Nous déambulons dans cette effervescence, entre les rires des enfants, les vendeurs d'eau de coco, de maïs grillé puis nous rentrons à Georgetown par une route sinueuse qui traverse l'île dans sa largeur. Je suis assise (écrasée) à côté d'une gentille grenadienne qui est professeure d'anglais dans un collège de Grenville et qui habite à Gergtown, nous partageons un bon moment d'échange et rions lorsqu'à chaque virages (et il y en a beaucoup !) nous nous tombons dessus sans rien pouvoir faire et qu'à chaque bosse ou trou dans la route nous faisons des bons sur nos sièges ! 


Avant de quitter Grenade, nous allons plonger à Dragon Bay située à 2 miles de Georgtwon, où se trouve un étonnant parc de sculptures sous-marines, créées par Jason deCaires Taylor. Cet artiste anglais, passionné de plongée, a décidé de peupler certains fonds marins de sculptures, dont il a observé qu’elles offraient des refuges spectaculaires pour la biodiversité.
Comme une chasse au trésor, nous évoluons à travers les coraux pour découvrir les différentes statues posées à 5 mètres de profondeur. Au gré de notre avancée, on découvre une à une ces statues sculptées dans le granit sur lesqelles la nature a repris ses droits. C'est original, surprenant et fascinant !






Voilà notre belle escale à Grenade a pris fin et à l'heure qu'il est nous sommes arrivés à Carriacou, 30 miles au nord !