vendredi 15 juin 2018

Tobago

Depuis la Martinique nous avons mis le cap vers Sainte Lucie. 30 miles plus tard, arrivée à Rodnay bay où nous avons fait les formalités d'entrée et où les enfants ont pu se défouler sur des jeux aquatiques gonflables.

Puis direction la Soufrière, un mouillage entre les deux pitons qui culminent à 800 mètres. Les rafales de vent s'engoufrent à 35 noeuds, c'est impressionnant. Au bout de trois jours, une belle fenêtre météo s'offre à nous pour descendre à Tobago.








Il est 8 heures lorsque nous levons l'ancre du mouillage, 157 miles nous attendent. 
Au total 30 heures de navigation avec un vent d'Est qui souflle à 15 noeuds. Nous n'avançons pas très vite, 4/5 noeuds environ, la faute au fort courant sud-équatorial qui nous ralentis considérablement. de 2/3 nœuds.

La nuit, le vent forçit un peu et nous avonçons plus vite, nous n'avons pas réduit la grand voile mais enroulons un peu le génois car les conditions sont bonnes et le ciel est dégagé, pas de nuage à l'horizon, des étoiles scintillent dans la nuit noire suivient par une lune encore dodue qui nous éclaire la deuxième partie de la nuit . 
Au matin, nous ne voyons toujours pas l'île, une brume de sable réduit la visibilité… Mais à 15 miles de notre but nous ditinguons enfin le relief, le bateau file à bonne allure et on à tous hâte d'arriver. 
Il est 14h30 lorsque nous jettons l'ancre à Charlotteville, dans un petit paradis "Pirates Bay" ! 



Après une longue traversée on est heureux de se poser ! Tout d'abord rangement du bateau, on dirait que l'on a affronté un tsunami, c'est le bazarre partout. On love les bouts, ferlons les voiles, faisons la vaisselle, rangeons le cockpit, le carré, on ouvre les hublots, on enfile nos maillots et on saute enfin à l'eau !!! Holalalalalala quel plaisir ! L'eau est fraîche, ça fait du bien. On découvre même une petite rivière qui coule directement sur la plage ! De l'eau douce à profusion, des manguiers qui regorgent de fruits mûrs, le grand luxe, une arrivée en fanfare !




Trinidad et Tobago sont deux îles qui forment un même pays, situées juste à l'Est du Vénézuéla. Là encore, ces îles ont changé de mains (Français, Anglais, Hollandais) de très nombreuses fois avant de devenir indépendantes.

Tobago n'est pas très fréquentée par les plaisanciers car un peu à l'écart de l'arc antillais. Nous sommes deux voileirs dans la baie.
Ici, avec le Vénézuela pas loin, on ne plaisante pas avec les formalités d'entrée sur le territoire. Au total, 2 heures dans les bureaux de la douanes et de l'immigration, ici c'est le "super" island time ! 8 formulaires, certains en 4 exemplaires, je peux vous dire qu'à force on connaît par coeur nos numéros de passseports et dates d'expiration... Pour patienter, les enfants se sont mis à jouer aux douaniers dans la salle d'attente, nous avions l'impression d'être au théatre, c'était très divertissant !

En rouge le trajet déjà réalisé et en vert ce qui nous reste à découvrir.

Cette île a une teinte d’Amérique du Sud qui nous rappelle la Guyane : végétation exubérante, nombreux oiseaux, moustiques, chaleur humide...
Ici le sable est jaune ocre et la mer est vert émeraude, elle est fraîche et riche en aluvions à cause des nombreuses cascades qui s'y jettent. La fôret se trouve au bord de la mer, le vert et le bleu rivalisent pour être à la première place. Les bruits de la fôret nous parviennent jusqu'au bateau, nous aperçevons même des perroquets verts.





Les gens sont charmants, on s'impregne de leur culture, ils s'intéressent à la notre. Tous les jours, les habitants nous abordent pour discuter, nous demander d'où l'on vient, ce que l'on fait comme métier, ils sont curieux et avident de faire découvrir leur île. 

Nous avons trouvé une petite cahute où une gentille dame vend des fruits et des légumes. Tous les jours, nous faisons notre marché de produits locaux, patate douce, banane plantin, christophine, giromon, abricot pays, ananas, noix de coco, banane, papaye...bref on se régale !



Le ponton où l'on accoste en annexe est un lieu privilégié pour discuter avec les locaux. Systématiquement, des bonjours et des sourires aux lèvres, des checks, des "nice family"... de beaux échanges.







La corvée d'eau, pas d'accès au ponton en voilier mais plein gratuit en bidonnant !

Pour les protéines on se sert dans la mer, Matteo, notre pêcheur en herbe, attrappe des poissons à la demande ! Et des pêcheurs passent régulièrement avec leur barque pour nous vendre le fruit de leur pêche, avec des prix attractifs (5€ / kg), du 100% frais et local, on adhère, on adore ! 

On a sympathisé avec Dash et Joe, l'un nous vend du poisson pelagique et l'autre des langoustes et des poissons coraliens. Un matin Joe est venu au bateau avec sa barque et nous a proposé de monter à bord de son embarcation pour nous amener à son étal sur la plage pour choisir notre poisson et nous a ensuite ramené au bateau ! Ca c'est du service !









Le lendemain il nous a proposé de l'accompagner pour remonter ses casiers. Quelle épopée !  Déjà, la mer était déchaînée et la barque bougeait dans tous les sens, nous étions rincés, mais ce qui nous marquera le plus c'est quand  Jérôme et Joe ont hissé le casier à bord, il y avait une murène verte ENORME ! On ne pensait pas que ça pouvait être aussi gros, elle faisait bien 2 mètres ! Cette sale bestiole a mangé tous les poissons ou presque du casier. Le clou du spectacle a été lorsqu'elle a réussi à se faufiler par un trou qui s'était formé dans le casier...brrrr j'en ai encore des frissons, panique à bord, heureusement Joe a vite attrapé son crochet et la mise à l'eau en un geste expert ! Tout ça avec une mer déchaînée, il nous a raconté plus tard qu'il avait déjà vécu la même expérience mais que cette fois là la murène l'avait mordu et il nous a montré la cicatrice de 15 cm sur son pied ! On parle encore de cette expérience avec les yeux qui pétillent, qu'ils soient beaux,, parfois tristes, doux, fous, le voyage est vraiment une fabrique à souvenirs inoubliables.


Nous avons aussi fait quelques ballades dans la forêt, ici le relief est escarpé et avec la chaleur moite, les efforts sont décuplés. Dans la rue, les poules picorent des mangues. Ces fruits jonchent le sol, elles n’ont qu’à se servir et nous aussi ! Et ce n'est pas tout, à chaque pas nous découvrons de nouveaux arbres pleins de fruits, ici à l'image de la population la nature est généreuse. Avocatier, citronier, goyavier, arbre à pain, pomme cajous…






Les goûts et les couleurs ! Ici toutes les maisons sont colorées.

La matin, après l'heure quotidienne consacrée aux devoirs, direction la plage sauvage de pirates bay. Les enfants y vont tous les jours en kayak pour jouer aux Robinsons, faire du land art et jouer au foot avec les enfants du village.





Deux cours en un : sciences "la chaîne alimentaire / arts : création éphémère et utilisation détournée des matériaux..



Certains midis, pour changer, nous avons débusqué une petite gargotte "Tanty's kitchen" où pour 6 € par adulte et 4 € par enfant on mange un délicieux repas local à base de poulet, riz fris, giromon...et le fameux roti, un repas indien à tomber ! La chef "Roxanne" a pris en affection les enfants et chaque fois ils ont droit à des câlins et des bonbons ! Encore merci !!!








Bref un vrai coup de cœur pour Tobago, un endroit merveilleux, un lieu qui appelle à la sérénité. A présent direction Grenade !